Edgar Morin : Connaissance Ignorance Mystère

Edgar Morin à plus de 95 ans, vient une nouvelle fois de publier un livre toujours porteur d’espoir et d’humanisme

Edgar Morin approche des concepts visités depuis de nombreuses années  depuis notamment son ouvrage intitulé la Méthode, débuté dans le milieu des années 70 et poursuivi pendant près de trente ans, à travers du « je », le je de l’acteur et de l’homme comme tous les autres hommes.

En substance, les trois idées  : la connaissance, l’ignorance et le mystère coexistent dans un mouvement permanent, qui les rendre inséparables. « Enfin, les progrès du savoir produisent une nouvelle et très profonde ignorance, car toutes les avancées des sciences  de l’univers débouchent sur de l’inconnu.. »

Le choix d’Edgar Morin et son invitation  est d’accepter l’incertain, « en sachant prendre le parti de l’Eros dans le corps à corps de sa lutte contre Thanatos »

Aujourd’hui plus que jamais sa pensée est essentielle dans cette période de grande mutation, de repli sur soi et du retour à l’illusion d’un passé magnifique perdu.

Edgar Morin est toujours affûté et aborde en dernière partie de son livre la post-humanité comme un désastre et une promesse. « C’est bien de cette aspiration et de cette double aspiration que pourrait naître une nouvelle Voie pour un autre avenir ».

Edgar m’accompagne et me guide depuis près de 40 ans dans cette recherche de la connaissance en acceptant mon ignorance et le mystère des forces occultes avec comme guideline le vivre ensemble, soit le choix d’Eros.

Penser la complexité.

Conférence de presse du 29 mars réussie

Cette conférence presse marque une avancée significative par la présence des représentants de trois  candidats à la Présidentielle (Emmanuel Macron, Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon), tous avec leur spécificité se sont prononcés pour une reconnaissance de la santé environnementale en reprenant à leur compte la majorité des 16 mesures structurantes présentées par le RES pour une Loi Santé Environnementale. N’hésitez pas à consulter le site internet du RES.

Cette conférence s’est déroulée en présence de plusieurs associations et une dizaine de journalistes. Cette présence met en évidence une mobilisation de la société civile et aussi une entrée dans le débat public de la santé environnementale. Il est vrai que l’augmentation importante des maladies chroniques est maintenant patente et ne peut s’expliquer par les clefs de lecture classique  soit le vieillissement de la population et le diagnostic, clefs inopérantes pour le cancer du sein des femmes de moins de 40 ans par exemple.

André Cicolella Président du RES a présenté l’analyse par La Santé Publique France sur l’imprégnation des femmes enceintes par les polluants de l’environnement en France 2011. Cette analyse met en évidence un lien significatif entre l’exposition in utero à un certain nombre de perturbateurs endocriniens et atteinte de la santé de la santé de l’enfant et du futur adulte. Cette analyse peut être demandée auprès du RES.

Marie Odile Soyer-Gobillard, Présidente de Hhorages a également présenté une étude démontrant le lien entre schizophrénie et distilbene.

A ce jour la pétition « aucun bébé ne doit être prépollué » a recueilli 8 000 signatures.

Comme toute association, nous avons besoin de votre soutien financier: penser à adhérer ou à faire une donation

9ème prix de la solidarité de proximité : Fondation Feuilhade-Institut de France

J’ai le plaisir en qualité de membre de la Fondation Feuilhade-Institut France de vous faire part pour la 9ème année, à l’automne 2017, de la remise des Prix suivants :

Le Prix de la; solidarité de proximité (4 000€)

2 Prix « Coup de cœur » (2 000€) chacun

Comme chaque année, ils récompenseront des actions locales, exemplaires et reproductibles.

Le thème de cette année est :

Accueillir les réfugiés : un enrichissement mutuel

Les lauréats seront désignés parmi les candidats ayant envoyé leur dossier avant le 31 mai 2017



Toutes les informations nécessaires pour être candidat  sont sur le site: www.solidaritedeproximite.org

Alain DUCASSE : MANGER EST UN ACTE CITOYEN

Anthelme Brillat Savarin dans la psychologie du goût « La gastronomie est la connaissance raisonnée de tout ce qui rapporte à l’homme en tant qu’il se nourrit »

Alain Ducasse dans cet ouvrage à travers des chapitres intitulés comme goûter le monde, ce que manger veut dire ou nourrir le monde autrement, plante le décor, l’agriculture industrialisée  à l’issue de la deuxième guerre mondiale, a oublié sa mission première nourrir les hommes.

Cette situation de malbouffe se traduit par maintes pathologies qui maintenant sont connues d’un plus grand nombre, il appelle donc à manger citoyen, pratique qu’il développe dans ses restaurants gastronomiques en substituant  les sucres et graisses saturées par des céréales et légumineuses, dans ses engagements par ses écoles de formation et son institut, qui a pour mission principale d’aider des jeunes en difficultés dans le monde, à devenir cuisinier en coopération avec d’autres associations locales souvent crées par des Grands chefs comme lui.

Ce livre est nourri des souvenirs personnels comme sa grand-mère, qui a été  sa grande inspiratrice dans son choix  de vie professionnelle, son accident d’avion à 28 ans, seul survivant, il a développé une ambition, celle de laisser des traces dans le monde en étant au service des hommes et un apprentissage de la délégation, qui lui a permis de développer toutes ses activités, toujours avec une recherche d’excellence.

Alain Ducasse met en évidence aujourd’hui pour un grand chef ou pour un simple citoyen, qu’il est important d’apporter un soin particulier aux produits (provenance, qualité), qu’il faut privilégier la cuisine maison et que le plaisir de manger est facteur de bonne santé pour peu que l’on prenne conscience de ce que l’on mange.

Il finit  son récit par  un appel à une déclaration  universelle  de la gastronomie humaniste pour une mobilisation internationale et un nouveau contrat social.

Un livre humaniste et gourmand. Qu’il fait bon de lire une personnalité mondialement connue, engagée dans une cuisine de la diversité dans  un acte de foi contre le repli sur soi, respectueuse des autres êtres vivants et de notre terre nourricière.

« Mais alors dit Alice, si le monde n’ a aucun sens, qui nous empêche d’en inventer un? » Lewis Caroll, Alice au pays des merveilles

 

FILM : CITOYEN D’HONNEUR

Un très bon film à voir absolument

Film argentin.

L’histoire est celle d’un écrivain prix Nobel en panne d’écriture depuis 5 ans, c’est à dire depuis cette reconnaissance internationale et institutionnelle. l’Ecrivain devient une statue.

Ce dernier reçoit une lettre de son village natal qu’il a quitté depuis près de 40 ans, il revient donc sur les terres de son enfance et jeunesse, lui qui a écrit tous ses livres sur cette région d’Argentine, qu’il a quitté pour vivre aujourd’hui à Barcelone dans un bunker.

C’est un film sur la fiction, le statut de l’artiste, c’est drôle, émouvant et intelligent.

Quelle est la fiction, quelle est la réalité? Telles sont les questions qui structurent ce récit.

Au moment où l’artificial fact est  aujourd’hui pratiqué par des candidats à la présidentielle française ou par le Président des USA, qui a conquis le pouvoir par cette nouvelle forme de communication, et qui poursuit l’exercice à la tête de la première puissance mondiale. Le film est opportun.

Cependant pour l’artiste, la fiction est son terrain de jeu, quant au politique celui-ci est attendu sur un programme portant sur les réalités sociales et économiques, aujourd’hui plus que jamais grâce et à cause des nouvelles technologies de communication les pistes se brouillent en cette période de grandes mutations.

« La crise consiste justement dans le fait que l’ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître : pendant cet interrègne on observe les phénomènes  morbides les plus variés » Antonio Gramsci.

C’est aussi un livre sur la solitude de l’artiste, nourri des passions humaines, lui même traversé par elles, un artiste non aigri ou torturé mais amuseur, un observateur éclairé et adepte de Spinoza, car il accepte les réalités belles et moins belles dans la joie, pour être heureux tout simplement.

CONFERENCE DE PRESSE DU 29 MARS

Conférence de presse « aucun bébé ne doit être pré pollué »

Mercredi 29 mars à 11 heures

Mairie du IIe arrondissement 8, rue de la Banque 75002 Paris

Lancée il y a quelques jours, la pétition a recueilli déjà 7 000 signatures.

Le RES se félicite que trois candidats à l’élection présidentielle aient déjà repris le thème de la santé environnementale dans leur programme.

Mais il faut aller plus loin, ainsi le RES demande aux candidats à la présidentielle de s’engager pour une grande Loi de Santé environnementale et d’organiser un Grenelle de la Santé Environnementale pour que le débat ait lieu avec tous les acteurs représentant les institutions et la société civile.

Rejoignez nous

www.reseau-environnement-sante.fr

 

 

RECONSTRUIRE LA DEMOCRATIE

Dans mon dernier article, j’abordais la solidarité, celui-ci était intitulé Reconstruire la Solidarité

Aujourd’hui, il apparaît évident à travers les différentes affaires qui défrayent les chroniques politiques, que la transparence est au cœur du vivre ensemble dans une société de plus en plus inégalitaire. Reconstruire la démocratie est donc une clef de sortie de crise économique, sociale et morale.

Dans les entreprises, la transparence s’est traduite depuis des années par la mise en place de procédures de remboursement des frais professionnels, pour les cadeaux par la mise en place dans les plus grandes, de déontologues ayant une mission de conseil et d’audit.

Les instances politiques devraient s’inspirer des règles des sphères économiques pour reconstruire la confiance aujourd’hui malmenée par quelques uns d’entre eux.

Ainsi les notes de frais des élus devraient sans doute être reclassées  en partie en rémunération afin que ceux-ci soient à la hauteur de la moyenne européenne et que la partie restante fasse l’objet de procédures de contrôle strictes à l’instar du monde de l’entreprise.

La nomination d’un déontologue avec un véritable pouvoir de sanction est certainement une mesure favorable à la reconstruction de la confiance des citoyens dans leurs élus. Pas de moralité incantatoire, mais une exigence démocratique.

Les entreprises ne sont pas également sans critique, la montée des inégalités des rémunérations se traduisent par une fragilité de la confiance des salariés. Certes les entreprises de l’économie sociale régies par des principes de solidarité et de coopération sont les moins exposées, cependant en temps de difficultés, les dirigeants doivent faire montre dans leurs pratiques encore plus d’exemplarité.

A travers la question de la transparence se joue la cohésion de la société, facteur  de fraternité, de paix et de sérénité. Les politiques construites sur la peur de l’autre et la compétition outrancière sont prolongées  par une montée du stress et dun sentiment d’insécurité, tous les deux  facteurs du repli sur soi.

La Gouvernance des entreprises des acteurs économiques relevant du non lucratif doit être garante de ces exigences, aujourd’hui déterminantes sur la prochaine élection présidentielle et porteuse d’adhésion pour leur développement et leurs capacités de recrutement.

Reconstruire la Solidarité

Cet Article est le troisième volet sur les métiers de l’innovation sociale et des services des acteurs de la protection sociale solidaire

Le débat public est aujourd’hui dominé  par une remise en cause du modèle de protection sociale, jugé  par plusieurs candidats à la présidentielle, trop coûteux et faisant la part belle à l’assistanat. Il est temps de battre ces idées simplistes en brèche.

En premier lieu, si le coût de la solidarité est important, celui de la non-solidarité l’est encore plus. Le repli sur soi, et la montée des inégalités se traduisent par des surcoûts associés à la sécurité globale de la population et surtout à l’abandon de l’investissement social facteur de cohésion et d’efficience.

Cependant pour des raisons de justice et de soutenabilité, il convient de concevoir des politiques sociales pour tous dont bénéficieront les personnes dans le besoin.

La protection sociale doit être considérée comme un élément à part entière de la stratégie économique et sociale et non comme un coût qui pèserait sur la société. Les dégâts sociaux ont un coût plus important que le maintien d’un système de protection solidaire, les études internationales en attestent (qualité de vie, espérance de vie, qualification..)

Cependant, l’évolution de la société après plus de trente ans de crise, conduit à appréhender l’organisation de la protection sociale d’une manière différente, hier et encore aujourd’hui centrée sur la gestion risques, celle-ci doit être maintenant orientée sur la gestion de la personne dans son entièreté. Le droit au logement, à un emploi et à une couverture sociale sont à organiser dans une société fragmentée, où le salariat n’est plus de soi et ou le changement de situation est prégnante.

Les nouvelles solutions à bâtir doivent être portées par l’ensemble des acteurs, chacun dans ses compétences , associations, état et acteurs de la protection sociale solidaire dans une dynamique de concertation et de travail décloisonné, afin développer la qualité d’accompagnement des personnes concernées dans la durée. L’Etat peut et doit faire beaucoup, mais l’expérimentation au plus près des personnes avec des acteurs de terrain apparaît comme un  nouveau besoin  de la société et porteuses de sens pour l’intégration des personnes les plus démunies

Chacun peut  s’engager à son échelle, citoyen, acteurs économiques, la refonte des aides sociales pour les pouvoirs publics, l’expérimentation pour les usagers et associations, l’investissement social pour les acteurs de la protection sociale solidaire dans une démarche de refondation de leur projet originel.

Revue Prescrire : Cancer du sein et DTT

Ce n’est pas nouveau, mais cet article relate une étude sur trois générations de femmes.

2017-03 DDT Synthèse de Prescrire